Shingitai Ryu

C’est le 6 novembre 1998 que le nom de « SHINGITAI Ryu » remplace celui de « AIKIDO TENSHINKAI EUROPE », dont les statuts furent déposés en 1995 auprès de la Sous Préfecture de Brive la Gaillarde. Ces derniers, modifiés, précisent une gestion japonaise traditionnelle, entourée de conseillers de grande expérience technique ou administrative, sur le plan national comme international. Ils confirment l’orientation de l’école qui, depuis 1995, propose l’étude des Arts Martiaux sans compétition.

Pourquoi SHINGITAI ?

Pour rappeler les valeurs cardinales des arts martiaux : SHIN ou valeur morale, GI ou valeur technique et enfin, TAI ou valeur physique. L’élève qui atteint le rang de ceinture noire, devient alors un homme complet, réunissant le Ciel (SHIN), la Terre (GI) en son Humanité (TAI). Mais c’est le début d’un long chemin qui doit l’amener à la perfection. Le travail se fait dans la joie, sans le stress des compétitions, inutiles et souvent destructrices, et tenter de comprendre l’inutilité de la recherche d’efficacité. Celle-ci ne s’acquiert que par un long travail et de façon naturelle. La rechercher est une ineptie.
Etudier pour apprendre à en atténuer les risques, connaître ceux-ci, les contourner, sans doute. Le reste ? Simplement du domaine des films de série B.

Nous prônons convivialité, partage des connaissances, tolérance et ouverture aux autres dans un respect réciproque. Aucune lutte de pouvoir n’est possible, le principe d’école japonaise bloquant toute initiative en ce sens.
Mais il existe un « Conseil des Anciens » utile à son développement.

La SHINGITAI Ryu est certifiée par la plus ancienne et la plus prestigieuse association japonaise d’arts martiaux, la DAI NIPPON BUTOKU KAI, dont elle est l’épine dorsale en France, amenant d’autres écoles avec à leur tête des experts de renom et nombre d’adhérents. Egalement « Association Culturelle Franco-Japonaise » au sein de l’Ambassade du Japon en France, elle développe la culture des arts martiaux et non l’esprit des sports de combat.

Elle propose, tout d’abord, le « KENKYO KANYO AIKIDO » et le « SHOSHIN IAIDO ». Ce dernier amène moins de contraintes physiques pour les élèves (blessures anciennes, âge) et plus de réalisme dans le travail. Tout un chacun peut ainsi pratiquer sans problème. Toujours en Iaido, la MUSO JIKIDEN EISHIN Ryu est représentée par le Sensei Franck JAUBERT. Enfin, le « SHINGITAI JUTSU », basé sur le principe de self-défense, est proposé depuis cette saison. Ces disciplines martiales japonaises sont complétées avantageusement pas le « QI GONG NHO LONG », art interne d’origine sino-vietnamienne, adapté aux besoins d’une simplicité de compréhension et de bien-être quotidien.

La SHINGITAI Ryu n’a qu’une seule ambition : pratiquer et partager sans ressentir le poids d’organisations administratives « franco-françaises ».