Grades et Titres

Voir les informations sur "Grades et Titres"


A L'INTENTION DE NOS MEMBRES ET POUR INFORMATION GENERALE



Recommandation est faite à chacun des membres des différents dojos/clubs adhérents à la SHINGITAI Ryu, de toujours utiliser le terme « DAN SHINGITAI » dans son intégralité, nos grades ne sanctionnant pas les mêmes qualités que ceux donnés par les fédérations sportives. Aucune comparaison possible avec ces derniers qui sont centrés sur le temps obligatoirement bref de la performance sportive !

Que signifie le mot japonais DAN ?


Nul ne peut s’approprier un terme de la langue japonaise pour en faire un monopole, surtout de manière imparfaite, insuffisante et approximative ! Ainsi, de nombreuses personnalités en Arts martiaux, aussi bien qu’en Sciences Humaines ou Orientales, précisent que le terme « DAN » est un mot couramment usité au Japon !
Les Arts Martiaux ne sont qu’une voie supplémentaire où ce terme est utilisé pour graduer et avec l’expansion mondiale de la pratique des arts martiaux, le mot DAN est devenu totalement international ! Et non pas uniquement français !

Originellement, ce terme ne concernait ni le sport, ni les arts martiaux, mais s’inscrivait dans l’approfondissement de tout art qui se confondait avec la vie d’une personne, constituant une sorte de repère … Le terme DAN est ainsi appliqué à la Voie de la Calligraphie, comme celle du Thé ou encore du Jeu de GO, comme de l’art de l’IKEBANA ou des bouliers !

Le « DAN » SHINGITAI Ryu ?


Il n’est que la reconnaissance d’un niveau de pratique, un échelon de connaissances, liée à la diversité de sa qualité originelle définie par la plus ancienne association japonaise d’arts martiaux, la DAI NIPPON BUTOKU KAI et Son Altesse Jigo Higashi FUSHIMI, Prince Impérial. Ainsi, la SHINGITAI Ryu ne délivre aucun DAN limité à une récompense sportive ou uniquement technique, qui serait imparfaite et limitative, car sans aucune considération culturelle indissociable du Budo. Mais pour tranquilliser les « administratifs », mettez donc aussi « Xème Dan DNBK, Japon », ainsi les administrations fédérales françaises auront la conscience tranquille.

Le DAN de la SHINGITAI Ryu, reconnu par la DNBK et sur le plan international, sanctionne autant la compétence technique (principes de base, exercices et techniques diverses …), que les valeurs morales (développement philosophique, attentes et aspirations, éducation, principes universels), les connaissances culturelles (Histoire Socioculturelle du Japon, de la Discipline étudiée, depuis sa fondation jusqu’à nos jours …) et les capacités pédagogiques (développement, enseignement des connaissances techniques dans la pratique traditionnelle, composantes diverses, connaissance étymologique, approche des besoins de chacun, etc.).

Aussi se démarque-t-il fondamentalement du « dan, mal employé, de la Loi Française » qui précise ne sanctionner que « les qualités sportives et les connaissances techniques, et le cas échéant, les performances en compétition », la législation allant même donner pour les mêmes raisons, du grade DAN à des disciplines coréennes, chinoises ou vietnamiennes! Ces nations disposant pourtant dans leur propre langue, leurs équivalents.

Par ailleurs, avant tout examen de grade DAN - autorisé par le Kenshoin de la Discipline - le postulant participera à un certain nombre de stages organisés par ou avec l’Académie, et ce dans deux autres disciplines que celle qu’il pratique initialement et doit démontrer en avoir assimilé les principes fondamentaux. De même, il sera au minimum et obligatoirement, titulaire d’un brevet de secouriste.

Son grade sera attribué uniquement par le Soke 2 de l’Académie avec la reconnaissance technique de son enseignant direct, parfois en présence de plusieurs hauts gradés dans toutes disciplines … ces derniers pouvant donner un avis sur la prestation du postulant. Ces « sensei » seront des experts dans leur discipline et adhèreront au principe selon lequel « un grade n'a de valeur que par la valeur de ceux qui le décernent » …

Cette spécificité valorisant le détenteur en raison de la richesse de son contenu, consacrant valeur technique et culture générale, hors de toute pratique sportive ou de compétition.
(DNBK, Kyoto, Japon) que dirige actuellement Son Altesse Higashi Jiko FUSHIMI, Prince Impérial.